Le FreeStyle Libre

Un nouveau lecteur de glycémies sans se piquer le bout du doigt !

Depuis le 1er mai 2016, le FreeStyle Libre (FSL) de la maison Abbott est désormais disponible en Suisse. Avantages et inconvénients.

Le nouvel appareil se place sur le dos du bras.

Le nouvel appareil se compose d’un lecteur et d’un capteur de petite taille (environ le diamètre d’une pièce de 2 Frs) lequel se place sur le dos du bras au moyen d’un applicateur. Ce dernier système est suffisamment simple pour que le capteur puisse être appliqué par le patient diabétique lui-même.

En approchant le lecteur du capteur, le diabétique verra immédiatement s’afficher sa glycémie, accompagnée d’une flèche, lui indiquant si celle-ci s’élève, diminue, et à quelle vitesse, ou si celle-ci est stable. Le patient pourra donc prédire sa glycémie dans l’heure qui suit, si aucune décision n’est prise (corriger une hypo, ajouter de l’Insuline, etc…).

Un véritable journal

De plus, le diabétique pourra lire son profil glycémique durant les huit dernières heures et rappeler des informations sur les 7, 14 30 ou 90 derniers jours.

« Le capteur peut être appliqué par le patient diabétique lui-même »

Il est à noter que les valeurs extrêmes de lecture des glycémies se situent entre 2.2 et 27.8 mmol/l, en deçà ou au-delà desquelles le lecteur ne lit  plus les glycémies.

De plus, le lecteur peut  être, en cas de doute, utilisé comme un appareil classique avec des bandelettes adéquates. Un ajout utile : il est possible de mesurer l’acétone sanguin au moyen de bandelettes adéquates, ce qui peut avoir une grande importance chez des diabétiques de type 1, sujet à l’acidocétose.

Le diabétique pourra donc consulter un véritable journal de ses glycémies, visualiser ses hypoglycémies, avec l’heure et la fréquence auxquelles elles surviennent.

Chaque capteur, une fois posé, a une durée de vie de 14 jours, après quoi, il devra être changé.

Pas un lecteur en continu

Le FreeStyle Libre (FSL), cependant, n’est pas enregistré comme un lecteur de glycémies en continu, comme l’IPRO, ou le Dexcom.

En effet, les valeurs sont disponibles à tout moment et sont  sauvegardées pendant une certaine période. Elles ne pourront être lues qu’en scannant avec le lecteur. Le patient devra donc s’efforcer de mettre en mémoire, et  à long terme, tous ses résultats, afin de pouvoir les analyser et en tirer les conséquences thérapeutiques.

Pour ces raisons, le FSL est enregistré officiellement comme un système « flash » d’auto-surveillance du glucose, et non, comme un système de lecteur de glycémies en continu.

A quel patient est-il destiné ?

Avant tout, pour des diabétiques effectuant de nombreuses glycémies par jour, avec des risques d’hypoglycémies, à savoir en tout premier lieu les diabétiques de type 1.

D’autres patients pourront bénéficier d’un usage transitoire de ce système : certaines patientes avec des diabètes gestationnels ou pour quelques patients, lors d’un passage à l’insuline.

« L’appareil s’adresse en tout premier lieu à des diabétiques de type 1 »

L’usage du FSL pourrait également être discuté pour des patients diabétiques, soignés dans des services de soins intensifs.

Cet appareil ne s’adresse évidemment pas à des diabétiques de type 2, stables, et n’effectuant que des glycémies occasionnelles.

Sur le plan technique, l’appareil est fiable ; je vous épargne les détails ISO exigés.

Il est cependant à noter qu’entre une glycémie, effectuée sur du sang, et le résultat donné par le FSL, un délai de 5 à 20 minutes est possible, ce qui peut avoir une grande importance chez des diabétiques dont les hypoglycémies surviennent extrêmement rapidement, et ce d’autant plus que le FSL n’a pas de système d’alarme, en cas d’hypoglycémie.

Cet appareil consiste donc, un progrès essentiel pour le contrôle des diabétiques, principalement, de type 1.

Quelques bémols :

- tout d’abord, on ne sait pas quelles vont être les modalités de remboursement par les caisses maladies, même si le prix reste raisonnable, en effet, le kit de démarrage, comprenant un lecteur et deux capteurs (soit un mois de glycémies) revient actuellement à 185,25 Frs (lire l’encadré).

- une autre ombre, et non des moindres, consiste en l’acquisition du système, qui ne peut être obtenu en pharmacie, chez le médecin traitant ou auprès des Associations de diabétiques.

L’appareil doit être commandé directement auprès de la firme, ce qui a comme conséquence que les instructions concernant l’usage correct du système ainsi que les décisions thérapeutiques qui en découlent ne sont plus garanties, si le patient ne consulte pas son diabétologue.

Ce dernier point a été relevé par la Société Suisse d’Endocrinologie Diabétologie (SSED) et sera commenté plus en détails dans un prochain journal.

Docteur Nicolas von der Weid

Remboursement par les assurances maladie

Certaines assurances maladie remboursent le système du FreeStyle Libre volontairement, selon les mêmes conditions actuellement en vigueur pour le système CGM. Précisément, il s’agit des conditions suivantes:

  • Valeur de l’HbA1C égale ou supérieure à 85 et / ou en cas d’hypoglycémie sévère de degré II ou III ou en cas de formes sévères de diabète instable (Brittle Diabetes) ayant déjà nécessité une consultation d’urgence et/ou une hospitalisation.
  • Prescription uniquement par un endocrinologue/diabétologue formé à l’utilisation de la technologie CGM. Après les six premiers mois, une réévaluation par le médecin traitant est nécessaire.
  • En cas de durée d’utilisation supérieure à six mois, une demande de remboursement préalable auprès de l’assurance-maladie, fondée médicalement, est nécessaire.

Actuellement, certaines assurances maladie ne remboursent pas le FreeStyle Libre, d’autres sont prêtes à le rembourser partiellement.

L’ASD est en contact avec la maison Abbott pour trouver une solution pour l’instruction du FreeStyle Libre. La SSED (Société des endocrinologues / diabétologues) est en train de discuter des recommandations pour les nouveaux moyens auxiliaires techniques (FGM, Diabetes-Manager et autres).

Doris Fischer-Taeschler, directrice ASD

Vers le haut