La gestion du diabète de type 1 est à un tournant

Les progrès technologiques sont en train de changer la donne. De plus, le premier pancréas artificiel sera bientôt sur le marché. Sans doute l’année prochaine.

Dr Giacomo Gastaldi, HUG

Le diabète de type 1 est une maladie auto-immune qui peut survenir à tout âge. Les dernières études épidémiologiques révèlent qu’il touche de manière égale les jeunes (< 30 ans) et les moins jeunes sans différence entre les genres. Les personnes de sexe féminin restent toutefois à plus haut risque de maladie cardios-vasculaires et plus d’un quart des patients diabétiques souffrent d’une deuxième maladie auto-immune concomitante (thyroïde, gastro-intestinale, etc.). Le suivi du diabète de type 1 requiert de ce fait une attention soutenue de la part des professionnels de santé. 

Pompe à insulines à boucle fermée

La gestion du diabète au quotidien est à un tournant grâce aux progrès de la technologie. La mesure de la glycémie sera bientôt totalement remplacée par sa mesure en continu au vu de la fiabilité et de la praticité des senseurs glycémiques actuels. 

Le choix des patients va aussi s’étendre du côté des pompes à insuline à boucle fermée. Plusieurs modèles de ces pompes à insuline de dernière génération sont en voie d’être commercialisés.

« L’intérêt de la technologie dans le quotidien des diabétiques de type 1 est indubitable »

Il s’agit de pompes à insuline connectées à un senseur glycémique qui intègrent un algorithme spécifique d’ajustement du dosage de l’insuline. Certaines délivrent même un mélange d’insuline et de glucagon. Le temps de la faisabilité est terminé, place aux études comparatives entre ces différents systèmes dans la vie réelle. 

Pancréas artificiel

Le premier système de pancréas artificiel sera d’ailleurs commercialisé l’année prochaine aux USA et rapidement après en Europe. Il s’agit d’une pompe connectée à un senseur glycémique avec les fonctions automatiques de l’arrêt avant une hypoglycémie « hypominimizer » et la fonction complémentaire « hyperminimizer ». 

Pour la première fois, un système de pompe à insuline peut adapter la quantité d’insuline à la hausse et à la baisse sur la base des informations

issues du senseur glycémique. Ce changement est conséquent et il devrait faciliter le quotidien des patients qui auront moins besoin de corriger leur glycémie après les repas ou lors de la pratique d’une activité physique. Mais il est important de garder à l’esprit que la fiabilité du système repose sur la rigueur du patient qui doit renseigner correctement la pompe (repas, activité physique) et s’administrer de l’insuline de manière adéquate au moment des repas. 

Téléphone mobile comme lecteur

Il existe aussi des données scientifiques qui confirment l’intérêt de l’utilisation de senseurs glycémiques chez les patients qui préfèrent le traitement par multi-injections d’insuline. Là encore, le choix des modèles augmente avec u ne tendance claire à utiliser le « smartphone » comme lecteur.  

L’intérêt de la technologie dans le quotidien des personnes atteintes de diabète de type 1 est indubitable, mais sa généralisation passe par une réflexion sur nos pratiques, nos enseignements ainsi que sur les coûts et les bénéfices réels pour le patient. 

Dr Giacomo Gastaldi, HUG 

Vers le haut